Fin d’une époque

Je suis allé chez Astro aujourd’hui.

Non, pas ce Astro

Celui-ci :

Le fameux magazin de comics, juste en face de Captain Québec sur Ste-Catherine.

Je n’y étais pas allé depuis plus d’un an et demi.
Je ne collectionne plus vraiment les comics, surtout depuis que j’ai dû vendre ma collection pour des pinottes, il y a quelques années pour payer mon loyer, mais j’en réserve quand même quelques-uns, en particulier Kabuki, Artesia et Ghost in the Shell.

Je m’attendais donc à avoir quelques comics dans mon sac de réserve, le C-34, que je maintiens depuis près de 20 ans.
En fait, je pensais que mon compte était peut-être suspendu étant donné mon sérieux manque de présence ces dernières années.

Quelle ne fut pas ma surprise quand le vendeur, dont j’oubli le nom (Ray je pense, toujours eu de la misère avec les noms), m’a annoncé que je n’avais rien dans ma réserve.
Ne comprenant pas pourquoi, il a vérifié, et parmi les titres que je réservais, 3 étaient des mini-séries qui n’ont pas eu de suite, et les deux autres ont simplement disparu au pays des oeuvres inachevées.

N’ayant plus de titres actifs, Ray me dit qu’il doit annuler mon numéro de réservation. Je lui dis que je vais voir s’il n’y a pas de titres qui pourraient m’intéresser. Je fait le tour des présentoires, je parcours quelques comics dont la page couverture attire mon oeil, mais je dois me rendre à l’évidence, il n’y a rien qui m’inspire. Et c’est avec une pointe de tristesse que je réalise qu’avec l’abandon de ma réserve, c’est toute une époque qui se termine.

Ne voulant pas partir les mains vides, j’achète quand même quelques livres : Epicurus the sage et Four Women de Sam Kieth, le créateur de The Maxx, un auteur-dessinateur que j’affectionne particulièrement, ainsi que Spectrum 9, un livre-vitrine des meilleurs artistes du monde de l’illustration fantastique.